dimanche 22 mars 2020

Le Coin des libraires - Grisha III. de Leigh Bardugo

Quand j’entends Leigh Bardugo je pense automatiquement à Six of Crows, à mon affection pour cette histoire et ses personnages. Après je pense à Grisha, écrit avant par l’auteure, mais lu après pour ma part. 

Trêve de bavardage et entrons dans le vif du sujet, le troisième tome de Grisha. J’ai dévoré le premier, un peu moins aimé le deuxième. Le dernier devait être à la hauteur, et il l’a été, en terme de page turner en tout cas. Il a rempli son rôle à merveille si bien qu’en deux jours la lecture était terminée, je pouvais enfin reprendre mon souffle et prendre conscience de la déchirure dans mon petit coeur - déchirure qui n’a pas duré longtemps, juste le temps d’apprendre qu’elle écrivait une sorte de suite avec King of scars et qu’un troisième tome de Six of Crows allait voir le jour ! 




Ce tome était celui des actions. Alina, impuissante face au Darkling s’est réfugiée dans la citadelle, mais il faut bien agir pour le réduire à néant. Les événements s’enchaînent rapidement et avant même de dire ouf on est propulsé au coeur de l’intrigue, là où tout se joue, là où Alina, en sa qualité d’Invocatrice de lumière doit être à la hauteur.

Mais plus que le personnage d’Alina, c’est celui de Mal que j’ai aimé dans cette trilogie. Et pourtant il est sacrément malmené dans ce tome. Longtemps relégué à sa simple condition de mortel, il est néanmoins le détenteur d’un grand pouvoir, mais pour combien de temps ? C’est bel et bien ce qui m’a le plus touché, le sacrifice final, son sacrifice. Car au final, le plus altruiste de tous, c’est Mal. 

Alina, elle, m’a plus d’une fois énervée avec ses hallucinations, son besoin insatiable d’avoir toujours plus de pouvoir. C’était pas très sain tout ça, mais elle est finalement restée fidèle à elle-même et c’est avec plaisir que j’ai découvert cette fin.

Je ne vais pas m’étaler dessus. Pour deux raisons, la première est que je ne veux pas raconter, la deuxième est qu’il n’y a pas grand chose à dire dessus. Elle était attendue, malheureusement ou heureusement, je ne sais trop. 

Quoi qu’il en soit ça reste une bonne fin, avec des raccourcis parfois, où certains moments sont trop faciles. Et la finalité, même si elle est douloureuse, reste à mon sens un happy end. 

Au final Grisha est une excellente lecture young adult, on découvre des personnages plus ou moins intéressants, un monde riche et inspirant, et surtout on est entraîné dans cet univers jusqu’à la dernière page. Pari gagné donc






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les yeux fermés de Chris Bohjalian

T hriller psychologique autant que drame familial, Les yeux fermés nous plonge dans la peur du somnambulisme.   Annalee, mère de famille,...