Instagram

Instagram

Le Coin des libraires - #86 L'étoile du diable (#5 Harry Hole) de Jo Nesbø

Lorsque Folio a réédité la saga Harry Hole de Jo Nesbø, je me suis d'abord précipitée sur L'étoile du diable bien qu'il soit le cinquième volet des enquêtes du détective - si on suit l'ordre évidemment ! La raison pour laquelle j'ai acheté celui-ci est parce que je ne comptais pas forcément tous les lires à la base et parce que c'est simplement la couverture que je préférais - ce vert est tellement beau !
Après, j'ai décidé de tous les lires et donc de tous les acheter, mais c'est véritablement celui-ci et L'homme chauve-souris que je préfère question couverture. 

Non seulement ce livre est le plus beau de cette réédition mais en plus, c'est celui que j'ai préféré jusque-là - bon un tout petit plus (ou au même niveau ?) que Rouge-gorge que j'ai quand même vachement aimé ! 


Un doigt coupé et un diamant en forme de pentagramme, plus connu sous le nom de «l’étoile du diable», telle est la signature du tueur qui terrorise Oslo durant cet été caniculaire. 
L’inspecteur Harry Hole va être contraint de réprimer son animosité envers Tom Waaler, son collègue et ennemi, s’il veut résoudre cette affaire qui pourrait bien être sa dernière. Alors que Hole tente de comprendre les motivations de l’assassin, tout laisse à penser qu’un tueur en série opère dans les rues de la capitale norvégienne…



Il faut bien le dire, si j'ai autant aimé ce volet, c'est parce que la recherche du meurtrier d'Ellen est de nouveau d'actualité, parce qu'Harry est complètement désabusé et prêt à tout pour prouver que ses soupçons au sujet de Waaler sont fondés. 

Je suis entrée immédiatement dans l'histoire ce qui n'a pas été le cas avec le tome précédent, Rue Sans-souci, où j'avais eu un peu de mal à m'immerger dans l'enquête. 
Là, c'est l'apothéose, le personnage d'Harry est clairement au fond du trou, il touche le fond, il sait qu'il va finir à la porte, il sait qu'avec Rakel c'est foutu, fin voilà, comme toujours Jo Nesbø maltraite son personnage et en fait un homme qui n'a plus rien, si ce n'est un penchant trop exacerbé pour la bouteille et une obsession maladive pour le meurtre de sa collègue - chose qu'on peut facilement comprendre. 

Dans cet opus, on quitte l'habituel Oslo venteux pour trouver une ville en pleine canicule. Croyant que l'été serait calme - apparemment c'est l'époque à laquelle il y a le moins de délits/crimes là-bas (il faut croire que mêmes les criminels prennent des vacances), les agents de la police d'Oslo n'étaient certainement pas prêts à recevoir un serial killer !

L'enquête principale est géniale et tellement bien pensée ! J'ai été baladée tout le long du livre si bien que j'aurais été incapable de donner le coupable avant de le découvrir. Tout le subterfuge avec les "étoiles" est extrêmement bien imaginé, la désignation du coupable qui n'est pas réellement coupable est tout aussi intelligente que la résolution de l'enquête en elle-même.
C'est un volet rempli d'action où il est clairement impossible de souffler, on entre dans un rythme effréné, dans une cadence qui ne cesse de s'accélérer jusqu'au dénouement final et quel dénouement ! 


L'étoile du diable de Jo Nesbø, éditions Folio.


Vraiment, j'applaudis l'imagination de l'auteur, l'aspect théâtral de son enquête et le besoin de brouiller les pistes. Cette enquête m'a énormément plu alors forcément, j'étais déjà dans une bonne optique pour suivre parallèlement à ça la relation Harry/Waaler qui est très compliquée et ambiguë. 
J'ai bien aimé en apprendre plus sur son enfance, suivre en quelque sorte son parcours et ainsi comprendre comment il a pu en arriver là. Ça donne déjà de l'épaisseur au personnage et surtout, ça permet de contrebalancer avec ce que l'on sait de son personnage - en gros, que c'est une sale ordure de flic corrompu ! 
Mais on le découvre sous un nouveau jour et sans que ce soit pour lui racheter une conduite et ça, j'ai trouvé que c'était agréable. 
Je disais dans mon article sur Rue Sans-souci (il me semble !) que Jo Nesbø n'épargne jamais Harry, une nouvelle enquête, un nouveau mort dans son entourage et cette fois encore ça n'a pas manqué, même si la victime de ce volet n'est pas à proprement parler un proche de Harry, il n'en reste pas moins une personne assez importante et surtout, avec sa mort meurt aussi son secret. 

C'est le seul bémol de ce tome V, le fait qu'Harry n'apprendra jamais la vérité au sujet de la mort d'Ellen parce que son coupable est mort sans même l'avouer. J'ai vraiment aimé cet affrontement final entre les deux hommes si bien que je pensais vraiment qu'Harry aurait le fin mot de l'histoire... et bien non et c'est dommage.
Pour le reste, je n'ai rien à redire, et pourtant, je me demande, avec le fait qu'on finisse par se demander si Harry n'est pas en fait un homme tellement désabusé qu'il en devient un flic véreux, avec le fait qu'on nous donne plus d'informations sur Waaler et son trafic d'armes qui a une place relativement importante que ce soit directement ou indirectement et ce depuis le troisième volet (qui correspond au premier qui se passe en Norvège) : pourquoi faut-il continuer à martyriser Harry en le laissant de le noir total ? Pourquoi est-ce qu'il ne pouvait pas enfin avoir la confirmation au sujet du meurtrier d'Ellen, pourquoi est-ce qu'il va devoir vivre avec des soupçons, des doutes mais jamais avec la confirmation de la vérité ? 


L'étoile du diable a tenu ses promesses et m'a permis de découvrir une nouvelle facette du personnage d'Harry Hole, un personnage qui fait définitivement partie de mes favoris en terme de polar, et qui donne envie de toujours creuser plus loin. Bon, maintenant je dois m'attaquer au sixième tome qui n'est autre que Le sauveur, mais à vrai dire je n'ai aucune idée de quand je pourrais le lire et ce ne sera sans doute pas bientôt. 

La bonne nouvelle est que cette saga ne s'arrête pas au dixième tome comme je le pensais, puisque Gallimard vient de publier la suite des aventures de Harry Hole sous le nom de La soif donc disons que j'ai une année (il y a généralement un an d'attente entre la sortie en grand format & celle en poche) pour lire les suivants. 
D'ailleurs j'y pense, j'espère que Folio pensera à publier ce nouveau volet dans la continuité des précédents !


"Les corps faisaient penser à des carapaces d’insectes vides prises dans une toile d’araignée… l’essence avait disparu, la lumière avait disparu, sans la lueur résiduelle illusoire qu’ont des étoiles qui ont explosé depuis belle lurette."

Jo Nesbo, L'étoile du diable







Commentaires

  1. Je suis très tenté de lire cet auteur mais je ne sais pas par quel roman commencer. Une idée ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés