dimanche 8 mars 2020

Le Coin des libraires - Talion de Santiago Díaz

Le nouveau thriller de la team du Cherche midi n’est pas américain pour une fois, mais espagnol ! 
C’est très rare que je lise des livres espagnols, c’était donc une bonne surprise ! 

Puis la surprise a continué avec la lecture de ce livre, Talion de Santiago Díaz
Si vous êtes un peu familier de la loi du Talion dans la Bible je n’ai pas besoin de vous faire un dessin pour savoir de quoi il retourne. 

Pour les autres, la loi du Talion c’est tout simplement « Oeil pour oeil, dent pour dent ». Oui, vous connaissez forcément cette formule ! 


On va suivre Marta Aguilera, journaliste spécialisée dans le fait divers, qui apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du cerveau. Il lui reste, plus ou moins, deux mois à vivre. 

Marta est seule, elle n’a pas de famille, plus de petit-ami et très peu d’amis. Elle n’a rien à perdre et souffre d’un manque d’empathie, faisant d’elle un membre des 2% de la population espagnole atteinte de sociopathie. 

Perdu pour perdu, notre jeune et jolie Marta décide que certains crimes ne peuvent rester impunis, qu’il faut agir puisque la justice n’en est pas capable. 
C’est bien l’idée de faire justice soi-même qui traverse l’esprit de Marta.

Donc, sur le papier le postulat n’a rien de bien original : Marta sait qu’elle va mourir et puisqu’elle n’a rien à perdre elle va entraîner le maximum de raclures avec elle. 

C’est sans compter sur la plume addictive de Santiago Díaz — bon après je l’ai lu en épreuves non corrigées et il est vrai que le texte est truffé de coquilles, mais il ne faut pas s’arrêter à cela et pour être honnête, j’ai tourné les pages à un rythme effréné. Pourtant je savais ce qui allait se passer, mais malgré ça je voulais toujours aller plus loin. 

Faut dire aussi que les personnages secondaires sont intéressants, en particulier Nicoleta qui est de loin ma favorite avec Eric. Son personnage de roumaine forcée à la prostitution, son histoire de seins refaits… bref je l’ai trouvé attachante et du coup ça justifie les actes de Marta. 

Parce que le véritable point fort de l’oeuvre c’est bien l’interrogation autour de la justice, si la justice d’état ne fait pas son travail, qui le fera ? Comment une personne qui a été condamnée à perpétuité peut-être sortir au bout de 20 ans ? pire, de même pas 10 ans alors qu’elle a tué des dizaines de personnes ? 
Talion c’est ça, cette ambivalence entre ceux qui sont pour elle, Marta, qui la voit comme une justicière ; entre ceux qui sont contre elle, qui la voit comme une folle. 

Et sans doute est-ce entre les deux, mais en tant que lecteur, on se dit forcément que c’est bien fait, que c’était mérité. Parce que ça l’est, mais ça l’est dans la fiction. Est-ce que ça le serait autant si c’était la réalité ? 
Talion pose des questions sur l’incapacité de la justice à faire son travail, sur l’impossibilité de punir les coupables, sur l’esclavagisme, la pédophilie, le terrorisme. Talion est un roman palpitant où on n'a pas le temps de s’ennuyer.

Surtout ce que j’ai aimé c’est le fait qu’il n’ait rien d’original, qu’on se doute dès le début de la conclusion et que malgré cela, on prenne un plaisir dingue à le lire, à voir jusqu’où cette histoire ira, à suivre les différents protagonistes jusqu’à l’issue finale. 


❑ À mettre entre toutes les mains de ceux qui aiment être chahutés, qui veulent s’interroger sur des questions aussi essentielles que la pertinence de la justice dans nos sociétés où, quoi qu’on fasse, certains passent toujours entre les mailles. 




2 commentaires:

  1. Je viens de lire la première critique littéraire de mon livre en France, et j´en suis enchanté. ¡Merci beaucoup!
    Santiago Díaz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waouh, merci beaucoup d'avoir pris le temps de me lire, votre ouvrage est vraiment intéressant, j'ai beaucoup aimé ma lecture !
      Belle journée,
      Angélique

      Supprimer

Les yeux fermés de Chris Bohjalian

T hriller psychologique autant que drame familial, Les yeux fermés nous plonge dans la peur du somnambulisme.   Annalee, mère de famille,...