jeudi 6 juin 2019

Le Coin des libraires - #132 Amour entre adultes d'Anna Ekberg

Deuxième roman d'Anna Ekberg qui n'est autre qu'un pseudonyme derrière lequel se cache les écrivains danois Anders Rønnow Klarlund et Jacob Weinreich, Amour entre adultes est un thriller psychologique efficace, addictif, mais aussi un tantinet longuet. 

Lorsque j'ai reçu ce roman dans le cadre de la team thriller du Cherche midi, j'étais très curieuse. La parution de leur premier roman, La femme secrète a fait énormément de bruit et j'ai vu beaucoup d'avis positifs le concernant. J'ai longuement hésité, mais à cette époque, j'étais plongée dans la saga Harry Hole de Jo Nesbø, et rien n'aurait pu m'en décrocher. Enfin voilà je me suis dit que c'était l'occasion rêver d'enfin découvrir ces auteurs et ainsi de me faire mon propre avis.


"L’amour est comme un organisme vivant, avait-il pensé, comme des cellules de levure ou comme une bête — tout ce qui vit sur terre demande des conditions spéciales qui doivent être remplies pour qu’il germe et s’épanouisse." 
Anna Ekberg, Amour entre adultes




Caché dans l’obscurité, sous la pluie, Christian est assis au volant de sa camionnette. Il attend sa femme, Leonora. Tous deux sont mariés depuis vingt ans, ils ont un fils, tout semble leur réussir. Soudain, il voit la silhouette de Leonora qui court. Il serre le volant de toutes ses forces. Leur première rencontre, leur premier baiser, leur histoire d’amour… il essaie d’oublier. Il ne doit pas penser qu’elle est sa femme, ni même un être humain. D’ailleurs, est-elle encore sa femme ? C’est davantage une menace, quelqu’un qui, s’il ne fait rien, va détruire sa vie. Il a pris sa décision, une décision terrible. Il n’a pas le choix. Il appuie sur l’accélérateur. Il voudrait pouvoir fermer les yeux mais c’est impossible. Une dernière image avant le choc : la queue de cheval de Leonora qui se balance en rythme dans la pluie. Trop tard pour changer d’avis.


Une scène terrifiante : un homme s’apprête à tuer sa femme. Ce qui s’est passé avant ? Ce qui va se passer après ? Personne, pas même le plus perspicace des lecteurs, ne saurait le soupçonner. 


Amour entre adultes est un roman audacieux car il promet de faire du neuf avec du vieux. Je pense bien évidemment à l'histoire au centre du roman et qui n'est autre qu'un banal adultère. Le premier chapitre nous met sur la piste et finalement, une fois arrivée à un tiers de l'histoire, nos croyances sont bafouées, on nous rappelle que les apparences sont souvent trompeuses. J'ai aimé cette omission, ce presque mensonge fait au lecteur pour mieux le berner, même si bizarrement, j'ai été moins enthousiaste une fois passé ce cap. 

Il reste néanmoins un véritable page-turner, on a toujours envie d'en savoir plus, de suivre le point de vue de l'un, puis de l'autre, c'est vraiment la raison principale pour laquelle j'ai aimé ce livre. Les chapitres sont courts, l'écriture est fluide et fait ressentir ce sentiment d'urgence à connaître la suite. Ceci est le point fort du roman, en plus du fait que les auteurs sont parvenus avec brio à faire d'une histoire d'adultère quelque chose de bien plus important. Je veux dire par là que le véritable point fort réside dans l'alliance de sentiments très forts qui peuvent mener à la destruction - l'amour, la haine, la jalousie, la vengeance. Les sentiments nobles se mélangent au moins nobles pour en faire quelque chose de sublime et d'odieux à la fois. 




À l'image du personnage de Leonora, sans aucun doute la plus aboutie et complexe de tous. J'ai au départ eu beaucoup d'empathie pour elle (elle s'est sacrifiée pour son fils, a abandonné le piano, etc., pendant que son mari était en train de monter sa boite... c'est bien trop révélateur de la situation d'un bon nombre de femmes encore aujourd'hui, du coup j'ai trouvé ça très intéressant) et puis ma compassion pour elle a complètement disparu dès lors qu'elle tourne barge. À quel moment tu deviens aussi siphonnée ?? ok elle tombe de haut parce que son mari la trompe, mais je pense qu'elle n'a pas bien compris la réalité d'un couple. J'ai détesté son personnage tout en la trouvant terriblement fragile. C'est un personnage trouble et c'est ce que j'ai préféré dans le roman, même si j'ai trouvé la fin un peu abusé quand même - mais néanmoins intéressante, c'est rare d'avoir ce type de fin, du coup, même si j'ai trouvé ça un peu facile, je félicite la prise de décision des auteurs qui ont au moins le mérite de livrer quelque chose d'original ! 


Concernant les autres personnages, je les ai trouvé plus détestable les uns des autres. La palme revient quand même à Christian qui me faisait tantôt pitié, tantôt provoquait chez moi un énervement comme rarement les personnages de romans me l'ont fait ressentir. Il est le stéréotype de la victime, mais pas dans un sens positif, plus dans le sens où c'est une victime parce que c'est un lâche et rien d'autre. Il est la marionnette des femmes, de Leonora comme de Zenia. C'est bien parce qu'il n'a pas de courage qu'il est toujours lésé, qu'il n'a aucun pouvoir décisionnaire. Et s'il avait été honnête dès le début ? et s'il avait assumé les conséquences de ses actes au lieu de tenter de se débarrasser de sa femme de la manière la plus froide possible ? 
Mais même au-delà de sa lâcheté, je trouve que ses décisions n'ont aucun sens. À quel moment tu pars en vadrouille pour retrouver l'amie d'enfance de ta femme, à qui elle n'a pas parlé depuis plus de 20 ans, et dont tu n'as toi-même jamais entendu parler ? ça n'a pas franchement de sens, ce n'est pas crédible même si ça permet évidemment d'en savoir plus sur le personnage en demi-teinte qu'est Leonora. 

Au-delà de ça, j'ai trouvé qu'il y a trop de répétitions (par exemple on a compris que Leonora a vu Christian et Zenia en train de coucher dans le bureau, pas besoin de faire 40 retours dessus). On a compris que Leonora s'est sacrifiée pour son fils plus que Christian ne l'a fait. Tout ça c'est trop appuyé, mais ce n'est pas très gênant puisque dans le fond, ce qui compte dans ce roman, c'est la finesse de la psychologie des personnages, l'ambivalence de ces êtres composés à la fois de bien et de mal. Rien n'est tout blanc ou tout noir et cela, le policier qui enquêtait sur l'affaire à l'époque l'a bien compris. 
Parce que oui, je ne l'ai pas dit mais Amour entre adultes nous donne à voir un double récit où l'on suit alternativement l'histoire de Leonora et Christian, et l'histoire du policier à la retraite qui a travaillé sur l'affaire quand celle-ci est survenue et qui raconte à sa fille ce qu'il pense qu'il s'est passé, même s'il n'a jamais pu le prouver. 

Amour entre adultes est une bonne lecture, un bon thriller psychologique car les personnages sont maîtrisés (en particulier celui de Leonora) et même si je n'ai pas été tout à fait convaincue, il reste un thriller original grâce à sa fin et aux multiples rebondissements qui perdent le lecteur. 
Pour tous ceux qui aiment le thriller psychologique et les page-turner, n'hésitez pas à vous laisser tenter par ce titre ! 




"Nous apportons tous les jours du bois à brûler au bûcher de l’amour. Une remarque odieuse de temps en temps, des rejets, on se dispute avec l’autre en société, on perd le désir, toute tendresse disparaît des regards. Pour finir il ne reste que des cendres de l’amour qu’on éprouvait autrefois."

Anna Ekberg, Amour entre adultes.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les yeux fermés de Chris Bohjalian

T hriller psychologique autant que drame familial, Les yeux fermés nous plonge dans la peur du somnambulisme.   Annalee, mère de famille,...