dimanche 18 avril 2021

La fille au revolver d'Amy Stewart

1914, Constance Propp, première femme à devenir shérif adjointe (dans la vraie vie hein !) se balade tranquillement avec ses soeurs jusqu’à ce qu’un accident survienne. 


En apparence sans gravité, cet accident va être à l’origine de tout une enquête. L’accident (une voiture est entrée dans la carriole des soeurs Kopp) permet de faire la rencontre de l’inquiétant Kaufman. 


Si vous me suivez depuis un moment vous savez que je suis friande des sagas qui mettent en scène des enquêteurs, policiers comme détectives. Là, un premier volet avec une femme dans le rôle principal, et en plus une femme ayant existé, non mais que demande le peuple ? 


Bon après tout n’est pas parfait, clairement pas même. Il y a quelques longueurs ici et là, un manque d’action à certains moments qui entraine une certaine distance, mais globalement c’était une bonne lecture — je l’ai lu très vite alors on peut dire que cet augment suffit à lui tout seul à dire que c’était agréable. 


La fille au revolver est, disons, un bon premier tome, une mise en bouche assez lente parfois, mais il laisse penser que le meilleur reste à venir. 


Faire la connaissance de Constance Kopp et ses soeurs, c’est avoir la possibilité de découvrir les États-Unis au début du XXe siècle, avant même l’entrée du pays dans la Première Guerre mondiale. 

Il me semble d’ailleurs que le deuxième volet se situe toujours dans les années 1910, mais à vérifier. 


Bref, La fille au revolver c’est les premiers pas de Constance dans la cour des grands (à comprendre, celle des hommes), c’est son affirmation en tant que femme différente des autres de par son physique mais aussi par son courage. 

Constance ne se laisse pas berner. C’est tout ce qu’il y a à retenir de ce premier volet. 


Je me laisserais peut-être tenter par la suite, au moins par le deuxième tome, La fille à l’insigne. Juste parce que je suis d’une curiosité insatiable, et qu’il est possible que ce premier tome ne soit qu’un apéritif avant d’entrer dans la phase du plat de résistance - si vous l'avez lu, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé !







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les yeux fermés de Chris Bohjalian

T hriller psychologique autant que drame familial, Les yeux fermés nous plonge dans la peur du somnambulisme.   Annalee, mère de famille,...