mercredi 24 octobre 2018

Série du moment - #23 The Handmaid's tale (saison 2)

Après avoir écrit un article comparatiste entre le livre de Margaret Atwood et la saison 1 (mon article est d'ailleurs dispo ici !), je reviens avec pas mal de retard pour vous parler de la saison 2 de The Handmaid's Tale. 

Si vous vous souvenez, je vous disais que j'ai adoré la première saison, que ce soit le jeu des acteurs (Elizabeth Moss et Yvonne Strahovski en tête), le scénario (qui reprend bien évidemment La servante écarlate de madame Atwood) et une réalisation au top ! L'immersion était complète, ainsi que l'adhésion au propos de l'oeuvre. 

Cette saison 2 promettait une suite tout aussi folle avec son trailer qui donnait juste trop envie !
Et c'est vrai que je trépignais d'impatience pour la visionner, et puis finalement j'ai un peu repoussé, histoire d'avoir plusieurs épisodes à regarder.




La saison démarre d'ailleurs sur les chapeaux de roue. Après une tentative d'évasion, nous avons droit à cette scène absolument glaçante où les servantes sont menées à l'échafaud. Ça semble presque gratuit, la mise en scène, la peur des servantes, qui, à l'origine sont quand même censées être les personnes qu'il ne faut absolument pas blesser dans la dictature qu'est Gilead.
J'ai trouvé cette scène un peu facile en vérité, j'ai trouvé que c'était une façon de frapper fort, mais que c'était tellement évident que l'effet se trouvait diminué.

Cette saison m'a semblé un peu en dessous de la première pour plusieurs raisons. Déjà la plus bateau et bête : parce que la saison 1 était tellement folle, tellement géniale qu'après plusieurs mois d'attente, on a forcément envie d'avoir un truc absolument dingue, ou en tout cas tout aussi bien que ce à quoi on a eu droit. Ensuite, parce que même si la direction est selon moi la bonne (mine de rien on avance, on en apprend plus sur le fonctionnement de Gilead, sur les aspirations et tares des personnages, etc.) je trouve qu'on tourne trop en rond.

Honnêtement, si je devais résumer cette saison en deux mots, ce serait : évasion/capture.
J'ai le sentiment que toute la saison n'est que ça, c'est l'évasion du début puis le retour au bercail, c'est l'éviction de Defred une fois le bébé arrivé, puis son retour au sein de la petite famille, ensuite c'est de nouveau l'évasion, etc. Ça ne s'arrête jamais. Je comprends tout à fait qu'il y ait des tentatives d'évasion, mais là, je trouve que ça tournait trop autour de ça, au point que je me disais presque "bon aller fais toi choper comme ça on en parle plus".

Du coup, on peut dire que c'est le scénario qui ne m'allait pas pour cette saison - même si je dois avouer que certaines parties de la saison m'ont énormément plues ! - mais au fond, pas seulement.
La réalisation est toujours absolument folle, je pense notamment à la scène de pseudo pendaison. Ce moment est glaçant parce qu'il est extrêmement bien réalisé, le cadrage, mêlé à la musique, ça rend quelque chose qui fonctionne du tonnerre. Même chose pour toute la séquence de l'accouchement, le silence, la solitude des lieux, la douleur, tout est si bien retranscrit, c'est dingue.

Pour moi la réalisation était l'un des gros points forts de la saison passée, et l'est toujours dans cette saison, jusqu'à une certaine mesure. Alors oui, je trouve que l'ambiance est très bien retranscrite par les cadrages, les angles choisis, mais est-ce qu'on parle des oh trop nombreux plans de face sur le visage de Defred ?? Bon, il est vrai qu'ils sont déjà très présents dans la première saison, mais on dirait que les réalisateurs ont choisi de mettre son visage en avant dès que c'était possible. Il est vrai qu'Elizabeth Moss a été récompensée pour son interprétation (et à juste titre !), mais il ne faut pas abuser non plus, c'est pas parce qu'on va faire des gros plans de son visage que c'est suffisant.
Oh, on cherche à montrer le mépris ? Faisons un gros plan ! Oh, on veut mettre en avant la tristesse ? Faisons un gros plan pendant qu'elle se prince les lèvres !


 The Handmaid's Tale, 2x08.


Concernant les personnages, je ne vais pas dire grand chose d'original en disant que j'adore le personnage de Defred, tout autant que la saison passée (même si je me répète, il faut arrêter les gros plans de face sur elle !), mais au final j'ai pas vraiment l'impression d'avoir une grande évolution avec elle. Elle veut retrouver sa fille, s'enfuir de Gilead et voilà, pas trop de différence avec la saison passée si ce n'est qu'elle prend toujours un peu plus cher et qu'elle a désormais un deuxième enfant.

Non, celui dont j'aimerais parler, c'est bel et bien le personnage de Serena Joy (Yvonne Strahovski) qui est pour moi l'un des plus intéressants. Je vous disais déjà dans mon article sur la saison 1 que j'aime énormément cette actrice, notamment pour sa prestation dans la série Chuck, mais là, je suis franchement subjuguée devant son jeu qui n'a rien à voir avec ce que j'avais vu d'elle. Son rôle est extrêmement ambigu, très paradoxal au point que lorsqu'on pense l'avoir cerné, on se rend compte qu'en réalité, on n'y était pas du tout.
C'est un personnage détestable autant qu'attachant. Je trouve ça abject de savoir qu'elle est à l'origine de Gilead, mais ça me fait aussi beaucoup de peine pour elle de savoir qu'elle a reçu une balle à cause d'un meeting et que c'est ce qui l'a rendu stérile.
J'ai nourri le vague espoir de la voir s'enfuir lorsqu'elle va au Canada avec le commandant. Elle aurait dû le faire, j'en reste persuadée, mais elle n'aurait pas eu ce qu'elle désire le plus au monde : un enfant.
Elle est affreuse avec Defred, absolument ignoble même, mais elle n'en reste pas moins sensible et je dois dire que j'éprouve de la pitié (ou peut-être même de la compassion ?). Lors, par exemple, de cette scène cruelle, où elle essaie désespérément de donner le sein à un bébé qui n'est pas biologiquement le sien, on ne peut qu'être touché par sa détresse et sa peine.
Pour moi ce rôle est véritablement l'un des plus fascinants parce qu'il est complexe, le jeu de l'actrice est éblouissant si bien que les émotions que l'on ressent à l'égard du personnage sont toujours confuses, à la limite du dégoût et de la compassion.


En bref, pour ma part cette saison aura été un peu moins bonne que la précédente pour les raisons que j'ai mentionnées. Il n'en reste pas moins que j'ai adoré voir la suite des aventures de Defred, assister au mariage forcée de Nick avec Eden (je n'ai d'ailleurs pas parlé de son destin, mais cette fois encore, j'ai trouvé son exécution un peu trop sommaire...), suivre l'accouchement de Defred et ses retrouvailles avec sa fille. Ça reste une très bonne saison qui donne encore une fois envie d'avoir la suite, et vite.


N'hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de cette saison, je suis curieuse de savoir si vous êtes d'accord ou pas du tout !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les yeux fermés de Chris Bohjalian

T hriller psychologique autant que drame familial, Les yeux fermés nous plonge dans la peur du somnambulisme.   Annalee, mère de famille,...