dimanche 19 août 2018

Le Coin des libraires - #107 Le Procès de Franz Kafka + adaptation cinématographique d'Orson Welles

Voilà longtemps que je pense à écrire cet article. J'ai eu la chance d'étudier le roman Le Procès de Franz Kafka et j'avais envie de vous en parler pour la simple raison que j'ai beaucoup aimé lire cette oeuvre - comme toutes les autres oeuvres de l'auteur lues jusqu'ici. 

Paradoxalement à ça, j'appréhende un peu d'écrire cet article, Le Procès est une oeuvre tellement complexe, possédant tellement d'interprétations qui, parfois et même souvent, n'ont rien à voir entre elles que, je ne sais pas très bien comment je vais pouvoir me dépatouiller de tout ça, mais bon, autant essayer ! 
Et puis, j'avais aussi envie de refaire ce format d'article où je parle du roman pour ensuite aborder son adaptation cinématographique, je le fait peu parce que mine de rien, ça prend du temps - d'ailleurs, si tout se passe bien le prochain article de ce type que vous devriez voir n'est autre que sur Gone Baby Gone de Dennis Lehane, adapté par Ben Affleck ! 


Un matin, au réveil, alors qu’il n’est coupable d’aucun crime, Joseph K est accusé et arrêté. Arrêté, mais laissé entièrement libre. Accusé, mais sans savoir ni de quoi ni par qui. Ainsi s’ouvre Le Procès, qui dépeint les affres d’un personnage aux prises avec un adversaire aussi implacable qu’insaisissable, la loi. Terreur, mépris, révolte, indifférence : quoi qu’il éprouve ou fasse, le prévenu s’enferre, aggrave son cas, court à sa perte. Et, à mesure que s’effondrent toutes ses hypothèses, la réalité se dévoile pour ce qu’elle est : un univers de faux-semblants. Roman de la justification impossible, Le Procès nous invite à emboîter le pas à Joseph K, au narrateur et à Kafka lui-même, pour méditer sur le destin d’un individu, le sens de la vie et la question du salut.



C'est mon premier roman de Kafka, je ne le connaissais auparavant que par le biais de ses nouvelles : La Métamorphose, La colonie pénitentiaire, mais je n'avais pas encore eu l'opportunité de me pencher sur ses romans qui sont au nombre de trois : Le Procès, Le Disparu, Le Château, et sont tous inachevés. 

Kafka est un auteur qui me fascine, en grande partie à cause de son histoire personnelle, son besoin d'être un homme normal c'est-à-dire avec un travail, une femme, etc. et de vivre une vie d'artiste, une vie où il remplit sa vocation qui n'est autre que l'écriture - il dessinait aussi, c'est généralement passé sous silence, mais apparemment il lui arrivait de dessiner et ses productions n'étaient pas si mal, de ce que j'en ai entendu. 
Enfin voilà j'ai avec lui un sentiment de grande étrangeté dans le sens où j'ai le sentiment que son oeuvre m'est toujours insaisissable. Il me semble qu'on a tellement dégagé de thèses dessus que jamais on ne trouvera une explication ou une démarche à son écriture, sans doute est-ce un peu un mélange de différentes thèses, une seule étant trop réductrice pour l'auteur praguois. 

En tout cas, pour ma part, je ne me suis pas arrêtée à la seule lecture psychologique de l'oeuvre - comme quoi tout ce qui arrive à Joseph K., le protagoniste est en réalité une façon de montrer la relation de Kafka avec son père, ni même une seule lecture politique : Kafka dénonce un système insaisissable, inconnaissable qui a droit de vie ou de mort sur les citoyens de ce système. 

Kafka représente l'écrivain par excellence qu'on ne peut catégoriser, qu'on ne peut pas non plus expliquer, il est une sorte d'ovni, d'auteur de génie qui n'a rien laissé derrière lui excepté des manuscrits inachevés, destinés aux flammes. 


Pour parler seulement du Procès et arrêter de donner mon avis sur ce grand auteur qu'est pour moi Franz Kafka, je dirais tout d'abord que c'est un roman rempli de non sens, d'obscurité, d'incompréhension.
Joseph K. est lui-même un personnage ambivalent, un personnage dont on ne sait pas grand chose et qui se trouve être accusé comme ça, en un claquement de doigts. 
C'est une des choses que j'aime chez Kafka, le fait qu'on ait dès le début la situation de posée. On ne passe pas des plombes à poser un environnement, une atmosphère, non non, dès la première phrase on nous dit ce qu'il en est. 

Description d'une quête sans identité, nécessité d'absolution religieuse, absurdité qui frise le non sens, Le Procès est bel est bien la quête d'un homme pour prouver son innocence. Jusque là, c'est franchement banal, mais ça l'est quand même beaucoup moins quand il s'agit de prouver son innocence alors qu'on ne sait même pas de quoi on est accusé. L'idée est folle quand même, non mais franchement, comment peut-on proclamer son innocence si on ne sait tout bonnement pas ce qu'on nous reproche ?
Cette question fait partie de beaucoup d'autres questions du même acabit, mais globalement, le noyau du roman est de donner à voir la lutte d'un homme face au pouvoir. J'ai trouvé ça passionnant, la façon dont Kafka nous donne à voir un personnage qui, comme le lecteur, se trouve complètement dépassé, qui passe de la surprise totale, à la remise en question. 

J'ai aimé aussi cette façon de faire rire le lecteur alors que la situation est tout à fait angoissante, voire tragique. Cette absurdité, mêlée à la farce à moitié, ça m'a, par moment, fait exploser de rire alors qu'après coup, je me disais que c'était horrible, en fait. C'est sinistre, tout en étant drôle, c'est dingue quand même ! 

Alors il est évident que même après deux lectures (quasi trois), il y a encore plein de choses que je n'ai pas compris, je ne peux pas prétendre que j'ai tout saisi parce que c'est absolument faux, à vrai dire, je ne peux faire que des conjectures - et puis, faut dire que je ne suis pas une très bonne exégète non plus haha ! 
Quoi qu'il en soit l'auteur pose énormément de questions, comme sur la loi par exemple : ce qu'on pense qu'elle est, ce qu'elle est réellement, et ce, par le biais du chapitre Dans la cathédrale qui fait énormément réfléchir avec la parabole du gardien. Chapitre qui, par ailleurs, est fondamental puisque c'est le seul que Kafka a publié de son vivant et surtout, qu'il ne voulait pas détruire. 


Vous l'aurez donc compris, j'ai adoré lire et étudier cette oeuvre, même si j'ai bien conscience de ne pas avoir tout saisi, j'ai passé un excellent moment avec ce roman qui ne cesse de nous questionner sur tout un tas de sujets importants, tout en mêlant une sorte d'humour noir qui, quand on y pense, fait froid dans le dos ! 


"D’ailleurs de toute façon, comment est-ce qu’un être humain peut être coupable. Nous sommes pourtant tous des êtres humains, ici, tous autant que nous sommes."
Franz KafkaLe Procès.


J'aimerais désormais lire sa correspondance avec Milena Jesenska, ou sinon peut-être lire un autre roman, je ne sais pas trop encore. 



  • Du papier à l'écran 

Mon prof nous avait conseillé de regarder l'adaptation réalisée par Orson Welles en 1962, ce n'était pas obligatoire, mais comme vous pouvez vous en douter je n'ai pas résisté à l'envie de voir l'adaptation. 
Autant le dire dès maintenant, ce qui m'a décidé à voir le film au-delà du réalisateur, c'est bien évidemment l'acteur qui joue Joseph K. et qui n'est autre qu'Anthony Perkins. 

Pour ceux à qui le nom ne dit rien, c'est tout simplement l'acteur qui incarne Norman Bates dans Psychose d'Alfred Hitchcock - le meilleur film du monde ! Je n'ai pas pu résister juste pour ça, juste parce qu'il joue incroyablement bien Norman dans Psychose et parce que je ne l'avais jamais vu dans un autre film. Après coup, j'a regardé une biographie de l'auteur et il semblerait que ce soit ses deux plus grands rôles, il a surtout fait des films de "séries B" comme on dit, puis il est décédé du sida. 

Bon déjà, j'ai adoré le parti pris de Welles qui est celui du rêve. On remarque aussi dès le début l'importance qu'a pour lui le chapitre Dans la cathédrale puisque le film commence justement avec la parabole présente dans ce chapitre. 
Et puis, très vite on se rend aussi compte de la fidélité à l'oeuvre originelle. Welles utilise le parti-pris du rêve pour justifier les événements, mais il n'en reste pas moins tout à fait fidèle au roman - sauf quelques digressions ici et là.

Ces digressions, elles apparaissent surtout dans l'optique de faire du Procès, une sorte d'écho de la Seconde Guerre mondiale, écho sans doute des juifs dans les camps (avec le plan où Joseph K. se trouve entouré d'hommes accusés qui sont affublés de pancartes numérotées), écho aussi de bombe nucléaire (la fin du film) qui vient conclure la chute. 




Anthony Perkins est fidèle au personnage de base : il passe de l'incompréhension au rejet, puis de la volonté de s'en dépatouiller à une lassitude qui ne peut se résoudre que d'une seule façon.
J'ai adoré sa façon d'incarner le rôle, à vrai dire quand j'ai vu le film après avoir lu le livre, je me suis faite la réflexion que c'était exactement comme ça que je voyais Joseph K. 
Enfin ce qui m'a marqué, ce sont les décors, je pense notamment à ce plan où Joseph K. se trouve littéralement écrasé par l'architecture du tribunal, image qui traduit à la perfection le sentiment d'angoisse que l'on ressent à la lecture du Procès, quand on comprend que l'homme se trouve aux prises avec la justice, la loi, le tribunal que l'on ne connaît pas, que l'on ne peut pas rencontrer et qui reste une vérité irréfragable. 

C'est un film à la hauteur de son oeuvre originelle qu'Orson Welles a pondu, un film à la mesure du géant qu'était Kafka et qui, pour ma part, est une interprétation intéressante et personnelle du roman sans pour autant que celui-ci soit dénaturé. Globalement il reste assez proche du livre, un peu comme c'était le cas pour Sa majesté des mouches, adapté par Peter Brook.
J'ai l'impression qu'a cette époque, on évitait les écarts, en tout cas plus qu'aujourd'hui où on trouve plus d'interprétations libres et personnelles - enfin, ce n'est évidemment que mon avis ! 


Le Procès (1962) d'Orson Welles.


L'avez-vous déjà lu ou vu ? Est-ce qu'un des deux vous fait envie ? 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les yeux fermés de Chris Bohjalian

T hriller psychologique autant que drame familial, Les yeux fermés nous plonge dans la peur du somnambulisme.   Annalee, mère de famille,...