Instagram

L'Avenue du Cinéma - #19 Spotlight de Tom McCarthy

Spotlight de Tom McCarthy (cinéaste indépendant avec une longue filmographie mais aucun film réellement notable, pour ma part) raconte l'histoire plus que controversée de l'enquête menée par un groupe de journalistes d'investigations nommé Spotlight à la rédaction du Boston Globe. Journalistes qui mettront finalement en lumière des agressions pédophiles de la part de prêtres de l'Église catholique en particulier dans la région de Boston. 

Ce travail de fond de la part des journalistes a bel et bien existé puisqu'il s'agit d'un film s'appuyant sur des faits réels, le groupe Spotlight a d'ailleurs reçu le prix Pulitzer pour cette histoire en 2003. 
Ce groupe Spotlight est composé de Walter V. Robinson (Michael Keaton), Martin Baron (Liev Schreiber), Sasha Pfeiffer (Rachel McAdams) & Michael Rezendes (Mark Ruffalo). 

Il s'agit avant tout de montrer les avancées et les régressions de l'enquête qui a duré un an, on ne trouve pas énormément de rebondissements dans le film simplement parce qu'il n'y a rien de fantastique, il n'y a aucun besoin d'effets spéciaux ou de tout autre artifice devenus monnaie courante dans le cinéma américain d'aujourd'hui, il s'agit de montrer le quotidien de ces journalistes, le labeur d'un travail de plusieurs mois, d'un travail sur la durée. 




On trouve dans le film une sorte de refus du sensationnel, de cette idée d'en mettre plein les yeux au profit d'une histoire parfaitement ficelée qui, il faut bien le dire se suffit à elle-même. Même si beaucoup semblent avoir à redire sur la réalisation qui est vraiment simpliste (généralement des champ/contre champ ou des plans séquences), je trouve que c'est une bonne prise de position, le réalisateur a eu le courage d'affirmer le parti-pris qui est que le scénario est sans conteste le noyau dur du film et je pense que celui-ci aurait perdu de sa force si la réalisation l'avait bariolé de mouvements d'appareil qui oui, aurait sans aucun doute ajouté à la beauté du film mais n'aurait pas permis de voir l'histoire comme elle est réellement. 
Un peu à la manière d'un journaliste, le réalisateur nous fournit les faits et rien d'autre, pas d'artifice pour l'embellir ou au contraire amoindrir le propos, il nous balance l'histoire comme elle est, voilà tout. 
D'ailleurs, si la réalisation semble classique, elle n'en est pas moins recherchée puisqu'il faut quand même savoir que McCarthy a pour chaque scène fait plus de cent prises ! - oui, il a eu le courage ! 


Spotlight est comme dit plus haut porté par quatre acteurs et c'est ici que ça se complique un peu pour moi. Oui, de cette équipe de choc, le seul à véritablement sortir du lot est Mark Ruffalo qui nous donne une interprétation plus que sensationnelle du travail de Michael Rezendes. Les autres personnages sont - à mon goût - trop survolés, pas assez étoffés pour que l'on puisse leur accorder une identification suffisante. Le personnage incarné par Rachel McAdams n'est pas suffisamment exploité, on lui parle beaucoup trop facilement, librement aussi, sans qu'il n'y ait de raison particulière hormis le fait qu'elle est la seule femme du groupe. Doit-on en déduire que sous prétexte qu'elle est une femme, on peut lui confier sans raison aucune une agression sexuelle dont on a été victime lors de son enfance, qui plus est par un prêtre comme ça, entre deux cafés ? 
C'est d'après moi le principal problème du film, les personnages n'existent qu'en surface, ils n'ont pas de véritables personnalités qui permettraient qu'on s'attache réellement à eux. D'un autre côté, c'est aussi la volonté du réalisateur de ne pas nous montrer la vie intime de ces personnages, simplement parce que ce n'est pas le propos, parce que pour l'histoire qui nous intéresse, pour cette enquête sur les prêtres pédophiles, ça n'a aucune espèce d'importance. Alors, j'ai décidé de me contenter de ce qui nous est donné : une formidable prestation de Mark Ruffalo qui porte véritablement l'équipe entière. 

Je dirais donc que Spotlight est un très bon film, que son sujet (plus que sensible) est intéressant et qu'il nous emmène parfaitement dans le quotidien de ces personnes qui ont tout fait pour faire éclater une vérité extrêmement dérangeante. Il est un film qui mérite amplement d'avoir remporté l'Oscar du meilleur scénario, mais qui malgré tout reste discutable pour l'Oscar du meilleur film. 


  • Le Boston Globe a mis en ligne l'enquête complète rédigée par Michael Rezendes qui n'est autre que le personnage incarné par Mark Buffalo dans le film : 

Commentaires

Enregistrer un commentaire