Instagram

Le Coin des Libraires - #6 Kaleb tome 3 Tout est bien qui finit mal de Myra Eljundir

Que dire de ce dernier tome tant attendu ? J'y ai trouvé des points positifs et d'autres qui l'étaient beaucoup moins. Je peux néanmoins déjà vous dire que j'ai été transporté par cette lecture. 


Le gros point fort de cette saga est définitivement l'intrigue, toujours aussi bien construite, on ne voit pas les évènements venir (sauf quelques uns mais bon). Je dois dire que je suis souvent déçue par le dernier tome d'une trilogie, c'est celui qui doit être le meilleur, il clôt l'histoire en nous arrachant ses personnages. Après avoir terminé le tome 2 j'ai directement voulu savoir la suite - et la fin - de cette trilogie. En commençant ce livre j'avais vraiment cette appréhension d'être déçue, j'avais déjà une idée très précise de la fin que Myra Eljundir pouvait nous proposer et j'espérais vraiment que ce ne serait pas ce à a quoi j'avais pensé. En réalité, je ne me suis pas trompée bien que j'aurais préféré. J'avoue que je ne vois pas trop quelle autre fin l'auteure aurait pu nous donner sachant que dès le tome 1 on peut imaginer le rôle qu'aura Kaleb dans la prophétie. 

Quatrième de couverture : 

Saison 3. La prophétie du volcan prédit l'avènement d'une nouvelle ère, initiée par l'Elu... Or qui, de Kaleb, Abigail, le colonel Bergsson ou encore Mary-Ann bouleversera à jamais le destin des enfants du volcan ? Et si la mort est la clé, tous ne sont-ils pas des morts en sursis ? Seul le Livre du volcan peut apporter des réponses à Kaleb et lui permettre de survivre au volcan qu'il a réveillé. Mais le tenir entre ses mains peut se révéler plus destructeur que tout...


Ce dernier tome de la trilogie de Kaleb lève le voile sur une mythologie qui prend racine bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer. Plus que jamais, il est question de pouvoir, de sombre passion, de manipulation machiavélique et du parfum sulfureux d'une saga millénaire dont le dénouement pourrait bien vous faire penser que tout est bien qui finit mal.



Avec ce résumé, on s'attend à quelque chose de génial, d'énorme et c'est véritablement le cas ! J'ai adoré l'histoire des Enfants du Volcan, elle m'a littéralement passionnée. J'ai lu pas mal d'avis suite à mes lectures, beaucoup ont été gênés par le fait que Kaleb ne soit pas très présent et qu'on nous raconte une tout autre histoire en parallèle. Je ne suis absolument pas d'accord avec eux, pour moi, Myra Eljundir a su oser comme peu osent le faire. Elle a pris le risque avec cette histoire de livre du Volcan qui se déroule durant quasiment tout le livre. Je n'aurais jamais cru que le tome 3 serait comme ça, qu'il y aurait cette énorme histoire qui est essentielle pour Kaleb et pour le lecteur. Comme je le disais pour le tome précédent j'ai vraiment apprécié le fait que l'histoire se déroule principalement en Islande mais aussi le rapport mythologique avec ce pays. La façon dont Myra Eljundir exploite le volcan Eyjafjöll est absolument géniale ! 
Le fait que Kaleb ne soit pas au centre du roman comme pour les deux tomes précédents ne m'a pas dérangé, au contraire, le fait qu'on en apprenne sur ses ancêtres nous permet par la même occasion d'en apprendre plus sur Kaleb et ses origines. Le seul truc qu'il faut savoir, c'est que ce récit demande énormément de concentration, notamment avec les noms complexes des personnages. 


"Le vent est semblable à des cris d’enfants. D’après les légendes, les âmes des malheureux mort-nés que les femmes, honteuses, vont enterrer loin des côtes, se mettent à hurler leur peur d’être dévorés par les dieux des Ténèbres."

Le fait de rencontrer autant de nouveaux personnages aurait pu perturber les lecteurs, la lecture aurait pu devenir compliquée, pourtant les personnages ont chacun leur personnalité, les ancêtres de Kaleb sont des personnages intéressants que Myra a très bien utilisés. Ils ont chacun des facettes attachantes ou du moins on ressent toujours une émotion forte vis-à-vis de tel ou tel personnage. J'ai beaucoup aimé l'apparition de l'auteure dans le roman, le fait qu'elle soit une scribe qui détient le livre du Volcan est une très bonne idée. On peut dire qu'elle a pensé à tout, elle arrive à nous entraîner dans son univers, à ressentir ce fameux sentiment d'empathie pour ses personnages. C'est au fil des pages qu'on se rend vraiment compte à quel point Myra Eljundir a été loin, à quel point tout est lié. Avec l'apparition du livre du Volcan, beaucoup de questions se soulèvent - oui encore des questions -, on n'a qu'une hâte : savoir de quoi il s'agit, savoir comment tout ça va se terminer. Cette histoire m'a tellement passionnée que quand elle se terminait je ne voulais qu'une chose : que Kaleb continue d'entendre cette histoire pour que je puisse la connaître en entière, jusqu'à la fin. 

Pour le personnage d'Abigail, le fait qu'elle ne soit pas très présente dans le dernier tome ne m'a pas trop gêné, ça n'est pas un personnage qui me plaît plus que ça. Enfin, je la trouvais très bien dans le premier tome, elle m'intriguait vraiment et son histoire était très intéressante mais la façon dont elle tourne me déplaît. 

Je dirais le principal problème de ce tome - si on met de côté la fin, c'est qu'il est beaucoup trop court, l'auteure aurait dû écrire 200 pages de plus, le livre du Volcan a une place énorme dans ce dernier tome, Myra le développe autant qu'elle le peut ce qui rend cette histoire si passionnante. À l'inverse, pour Kaleb et ses amis, leurs péripéties se passent beaucoup trop vite, tout s'enchaine trop rapidement, même les dernières scènes qui sont pourtant décisives. C'est pour moi ici un gros point négatif, j'en aurais voulu encore, encore plus que ce que l'auteure nous a donné. Je dis cela car après l'avoir terminé je me suis rendu compte que j'étais resté sur ma faim. Voilà, tout était fini, je connaissais la fin de cette saga. Comment expliquer ce sentiment que l'on ressent quand on arrive au bout, quand on sait qu'il en ait fini de ces personnages, qu'ils ont vécus ce qu'ils devaient vivre et qu'on les y a accompagnés ?
Maintenant la fin. Tant attendu depuis le premier tome avec cette histoire de prophétie. Je campe sur mes positions, je déteste cette fin, je savais très bien le rôle que Kaleb aurait dans cette prophétie, c'était certain. Par contre, j'avoue avoir assisté à un vrai coup de théâtre avec les tous derniers évènements, je ne m'attendais pas du tout à ce genre de fin. L'effet de surprise est évidemment un bon point, un lecteur aime être surpris, cependant, cette idée de fin est pour moi beaucoup trop absurde, elle semble trop bâclée ce qui est vraiment dommage étant donnée la qualité de la saga. 


"Mais je préfère mourir debout que vivre à genoux."


À la fin de ma lecture de cette saga, j'ai lu l'interview qu'a donnée Myra Eljundir pour la Collection R à l'occasion de la sortie du tome 1, j'ai été passionnée par cette auteure. Je rêverais de la rencontrer, son rapport à l'humain semble très intéressant et surtout, le fait qu'elle soit une auteure moderne avec un pseudo entame vraiment ma curiosité. Si vous voulez lire son interview c'est ICI .

Voilà, cet article clôs la fin de cette saga que j'ai tant aimée, que je relirai un jour pour redécouvrir ces personnages et cette fabuleuse histoire. 

J'espère que cet article vous a plu, n'hésitez pas à me donner vos impressions. 
Encore merci à celles et ceux qui ne cessent de me suivre, j'espère être à la hauteur de vos espérances haha.

Si vous souhaitez l'acheter, c'est ici








Commentaires

Articles les plus consultés