Instagram

Le Coin des Libraires - #2 Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline

Cet été, je me suis enfin décidée à lire le classique Voyage au bout de la nuit (1932) de Louis-Ferdinand Céline. Je l'ai dans ma bibliothèque depuis la première (j'ai étudié quelques passages pour le bac) mais je n'ai jamais pris le temps de le lire avant. En même temps j'ai tellement de livre à lire, et je vais avouer que Voyage au bout de la nuit n'était pas celui qui me bottait le plus mais je voulais le lire. J'ai donc attendu les vacances pour pouvoir complètement me plonger dedans. Depuis le début j'étais partagé entre le fait qu'il semblait intéressant (mais je ne pouvais pas non plus me fier au peu que j'avais étudié) et le fait qu'il avait l'air ennuyant à mourir et 623 pages quand tu n'accroches pas c'est très long ! 
"Je refuse la guerre et tout ce qu'il y a dedans. Je ne la déplore pas moi... Je ne me résigne pas moi...Je la refuse tout net avec tous les hommes qu'elle contient, je ne veux rien avoir affaire avec eux, avec elle. Seraient-ils 995 même et moi tout seul, c'est eux qui ont tort et c'est moi qui ai raison car je suis le seul à savoir ce que je veux : je ne veux plus mourir." 

J'avoue que j'ai eu énormément de mal au début, j'ai lu 10 pages et dans ma tête c'était "oh mon Dieu ce sera chiant comme ça tout du long" ? Mais je ne peux pas laisser tomber un livre, si je le commence je dois le finir. J'ai donc décidé de le lire le plus vite possible pour lire autre chose après. Et puis Andréa m'a dit qu'elle le lisait aussi, elle m'a dit qu'elle aimait vraiment beaucoup et que ça devenait bien surtout au milieu du roman. Dès le lendemain j'ai continué à le lire et au fil des pages je me suis rendu compte que je commençais à rentrer dans l'histoire. Finalement il n'est pas si mal, l'auteur nous décrit une société méchante voire lâche où malgré les difficultés notre Bardamu essaie de s'en sortir et de vivre. Toute l'histoire repose sur cela : vivre. Dès les premières pages on suit un Bardamu en danger, il est à la guerre, lui qui se pensait vrai patriote ne pense plus qu'à une seule chose : partir. Et c'est à la suite de tout cela qu'il va se retrouver en Afrique au milieu des colonies puis aux Etats-Unis où il est finalement déçu (on l'avait prévenu), il décide de rentrer en France pour côtoyer la misère humaine, ce qu'il a en quelque sorte toujours fait.

"La vérité, c'est une agonie qui n'en finit pas. La vérité de ce monde c'est la mort. Il faut choisir, mourir ou mentir. Je n'ai jamais pu me tuer moi."







Je vois Ferdinand Bardamu comme quelqu'un qui dénonce la guerre même s'il ne fait rien non plus pour la changer. C'est cela aussi qui m'a dérangé dans ce roman, le personnage paraît toujours extérieur je trouve, il semble trop naïf pour changer quoi que ce soit, il préfère se retirer et vivre sa petite vie. C'est sans compter sans Robinson ! Les passages où Robinson est présent sont pour moi les meilleurs. Céline a eu une idée de génie : incorporer un personnage alter ego au personnage principal, c'est-à-dire que Bardamu peut aller où il veut, on peut être sûr que Robinson ne sera pas loin.

Le problème avec ce roman c'est que quand j'y pense tout de suite mon cerveau le lie avec Zazie dans le métro (1959) de Raymond Quenaud pour une seule et bonne raison : ce sont deux auteurs qui ont modifié une langue à leur guise et ce sont pour moi les deux exemples les plus flagrants. Avec un peu de recul je me rends compte que ce qui m'a le plus gêné dans Voyage au bout de la nuit - comme dans Zazie c'est la syntaxe, je n'aime pas lire un livre qui est bourré de fautes bien que je sache très bien que l'auteur l'a voulu comme ça. Je ne sais pas pourquoi mais les romans avec ce genre de syntaxe, je n'accroche pas. Malgré tout ce serait mentir que de dire que je n'ai pas aimé parce que ça n'est pas le cas (bon c'est pas non plus mon livre préféré...), j'ai quand même trouvé des passages vraiment très bon. En définitive je pense que je noterai ce roman 6,5/10, il est d'après moi un livre qu'il faut avoir lu mais il est malgré tout un livre unique en son genre.

"Autant pas se faire d'illusions, les gens n'ont rien à se dire, ils ne se parlent que de leurs peines à eux chacun, c'est entendu. Chacun pour soi, la terre pour tous."


J'espère que mon article vous plaît, n'hésitez pas si vous avez des questions ou si vous voulez me donner votre avis, ça m'aiderait beaucoup ! Et encore merci aux personnes qui sont déjà venues, en espérant que mon blog vous plaît.





Commentaires

  1. Je l'ai lu en entier pour la première, et j'en ai un souvenir exécrable : faudrait me payer pour le relire, mais alors, très cher !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu pareil pour moi ! haha même si je pense que c'est parce que j'ai dû passer à côté de pas mal de choses qui m'ont de premiers abords ennuyé !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés